Samba Diallo, un diamant poli par « Pépé »

Meilleur joueur du tournoi UFAO-A U20 et meilleur buteur avec 4 réalisations, Samba Diallo a encore fait parler son talent. A 19 ans, Samba Diallo est retenu par son club, le Dynamo Kiev pour l’Europa League. Mais le joueur passé par l’académie Darou Salam (Dakar) pourrait rater la première partie de la compétition. En effet, il est convoqué en équipe nationale U23 pour la fenêtre de septembre.

Talent que son formateur à l’école de football Pépé de Ouakam (quartier lébou situé à Dakar) a découvert il y a une dizaine d’années.. Dans cet entretien qu’il nous accordé par téléphone, Moustapha Ndiaye connu sous le sobriquet de « Pépé »  nous révèle les débuts footeux de l’attaquant du Dynamo Kiev.

Entretien.

Moustapha Ndiaye « Pépé »

 – Vous avez guidé les premiers pas de footeux de Samba Diallo. Dites-nous comment il était à ses débuts ?

 – Samba Diallo était très petit et trapu à ses débuts. Il était également timide, parce qu’il n’avait pas l’habitude de fréquenter assez de monde. Mais puisque l’école de football est organisée d’une façon à faciliter l’intégration des nouveaux, il a pu s’adapter. Et petit à petit, il s’est installé et devenu un membre de la famille. Donc c’est quelqu’un qui s’est distingué par sa politesse, son sens du sacrifice et par le travail. C’est à partir de ce moment qu’il a attiré mon attention. Je me suis dit donc que je dois aider ce gosse à grandir.

Samba foot

 – Était-il aussi talentueux à ses débuts ?

 – Le talent, il l’a depuis son jeune âge. Samba s’est fait distinguer par ses qualités athlétiques et techniques. Il était talentueux. Pour vous l’illustrer, je l’ai testé à tous les postes. Samba a joué comme attaquant au début. Il a joué comme défenseur et même comme gardien de but. C’est pour vous dire que c’est un génie né. 

J’ai alors constaté qu’il avait une aisance technique et qu’on lui prenait difficilement le ballon. J’ai décidé de le faire jouer au milieu de terrain. A son âge, il avait une vision du jeu extraordinaire. Du côté droit, en une touche, il était capable de trouver ses attaquants ou le côté opposé. Il avait quand même des qualités incroyables à son âge. Maintenant il fallait polir ce diamant.

 – A quel moment, avez-vous su qu’il a le potentiel pour devenir un grand footballeur, avec votre soutien ?

 – Depuis que j’ai constaté son talent, sa volonté et l’immense respect qu’il me vouait, j’ai décidé alors de l’aider à polir ce diamant. J’ai alors commencé à lui faire des séances individuelles. Un entrainement spécial sur plusieurs aspects : jeu avec ballon, jeu sans ballon. Parfois je l’emmenais en mer. Je lui faisais courir dans l’eau. C’est pourquoi aujourd’hui, on constate qu’il est très costaud. Et sa force de frappe aussi, c’est quelque chose qu’on a travaillé pendant qu’il était à mon école de football.

Moustapha Ndiaye

 – Vous devez être fier du joueur qu’il est l’homme qu’il est devenu ?

 – Trop fier de lui. Mais ses performances ne me surprennent guère. Il a toujours joué contre des gens plus âgés que lui. Quand il était cadet, je l’ai surclassé chez les juniors. Et quand il était junior, je l’ai surclassé chez les senior. Je suis sûr qu’il fera encore des merveilles. J’en suis sûr qu’il n’a pas encore le génie en lui. Il a une grosse progression. Je serai toujours fier de lui ».

 – Sur quels plans doit-il s’améliorer ?

 – En football, on apprend toujours. Mais pour moi son défaut c’est qu’il est trop sûr de lui. Je sens que parfois il a envie de régler le problème à lui seul. Alors que le football c’est le collectif d’abord. Il lui faut beaucoup plus de discipline tactique. C’est un attaquant, donc l’équipe a surtout besoin de lui non loin des buts adverses.

Samba

About Post Author

Laisser un commentaire